16 noms français dont on ne connaît pas trop le genre

Le genre des noms en français

En grammaire, le genre est une propriété du nom qui permet de le classer soit parmi les noms masculins, soit parmi les noms féminins. Ce classement est très important puisqu’il va influencer la forme de tous les mots qui dépendent du nom (déterminant, adjectif etc…).

Si pour la plupart des noms d’animaux et de personnes, le genre grammatical correspond au genre naturel (par exemple, poule est féminin tandis que coq est masculin), le genre des autres noms est totalement arbitraire. En dehors de l’usage, rien ne le justifie.

C’est pour cela que la maîtrise du genre des noms en français est difficile pour ceux qui apprennent notre langue. Ils se demandent sans cesse comment savoir le genre d’un nom ? Là-dessus, ils ont toute ma compassion ! Il est vrai que c’est plutôt compliqué quand le genre d’un mot est différent dans leur langue maternelle ou quand il change selon l’emploi.

Mais il y a certains mots dont même les francophones ignorent le genre ou tout au moins, ils n’en sont pas très sûrs. Il s’agit pourtant souvent de mots assez fréquents.

Je vous propose de nous pencher sur 16 noms français dont le genre est difficile à retrouver.

  • PÉTALE

Désigne chacune des pièces de la corolle d’une fleur. On lit très souvent « une pétale de fleur ». Serait-ce parce que les fleurs sont inconsciemment associées au féminin ? Je n’ose le croire… En tout cas, pétale contrairement à ce que beaucoup pensent est un nom masculin. Eh oui ! On dit un pétale de fleur.

Publier un livre de poésie, c’est comme jeter un pétale de rose au fond du Grand Canyon et attendre l’écho”.  Don MARQUIS

  • TENTACULE

Organe allongé et mobile dont sont munis certains invertébrés. Voilà un mot qui n’est pas très appétissant. Comme il est souvent utilisé au pluriel, le genre du mot tentacule est souvent une source d’erreur. Qu’on se le dise, c’est un nom masculin. Pourtant, on le trouve parfois au féminin dans les journaux et même dans des livres d’auteurs et pas des moindres (dans Anthropologie Structurale, Claude Lévi-Strauss met l’adjectif qualificatif au féminin et parle de « tentacules gluantes »).

“Comme si la clarté des lampadaires avait constitué un outrage inacceptable à sa récente toute puissance, l’obscurité les défia en étirant vers eux de lourds et menaçants tentacules de brume”. Pierre BOTTER

  • OVULE

Cellule sexuelle produite par les femelles. Et pourtant ! Même produit par une femme, l’ovule est masculin !

“Il faut vingt-cinq millions de spermatozoïdes pour fertiliser un ovule, avait coutume de dire sa femme, parce qu’il n’y en a qu’un seul qui demande son chemin”.  Kate ATKINSON

  • HALTÈRE

Instrument de musculation constitué de deux parties plus ou moins lourdes réunies par une barre pour les soulever. Haltère est un nom masculin. Pour s’en souvenir, il suffit de penser aux gros muscles, aux hommes virils etc… Bon c’est un brin cliché mais que voulez-vous… c’est un moyen mnémotechnique comme un autre.

“Élever son âme de temps en temps comme on fait des haltères, par récréation et par hygiène”. Jules RENARD

  • HYMNE

L’usage a coutume de distinguer l’hymne, chant religieux qui serait féminin et l’hymne national ou le poème chanté qui seraient masculin. En réalité, rien explique cette distinction comme le rappelle le Grévisse (Grevisse, Le Bon Usage, §470 c; Littré, cité par le Trésor de la langue française informatisée). Hymne est un mot masculin. Mais l’usage a la vie dure. De plus, il est fréquent de rencontrer « hymne » au féminin dans la langue poétique ou littéraire, ce qui ajoute à la confusion.

Une vie religieuse est une épreuve, et non un hymne”.  MADAME DE STAËL

  •   ANTRE

Cavité naturelle qui sert d’habitation à un animal ou à une personne un peu sauvage. En voilà un mot un peu inquiétant. L’antre de la bête etc…

Quoi qu’il en soit, contrairement à la grotte, antre est masculin.

“Il est un antre obscur où vont s’isoler les amours pour nous séduire avec plus d’énergie”. MARQUIS DE SADE

  • TESTICULE

Glande génitale masculine. C’est nom est masculin. Avouons qu’il est plutôt simple de s’en rappeler. Et pourtant, on le rencontre souvent (trop souvent) au féminin. C’est une erreur. Contrairement à ce qui se passe pour l’ovule, ici la nature est respectée !

“La voiture est le troisième testicule de l’homme moderne”.  RIMEDELAIRE

  • ÉCHAPPATOIRE

Dérivé du verbe échapper, l’échappatoire est un moyen utilisé pour se tirer d’embarras. C’est un nom féminin : on dit une échappatoire. Pour s’en souvenir penser à la fuite qui a le même genre.

“Pourquoi le sexe occupe t-il tant notre esprit ? Parce qu’il est l’échappatoire suprême. C’est la voie ultime vers l’oubli de soi absolu”.  KRISHNAMURTI

  • ENTRACTE

Au théâtre, l’entracte est le temps qui sépare les deux parties d’un spectacle. On voit souvent entracte au féminin mais c’est bien un mot masculin tout comme l’acte lui-même d’ailleurs.

Les baisers servent d’entractes aux scènes d’amour, mais il en est qui trouvent les entractes meilleurs que la pièce”.  COURTELINE

  • APOGÉE

Au sens propre, c’est un terme d’astronomie qui désigne la plus longue distance entre un corps céleste et la Terre. Au sens figuré, c’est le point le plus élevé où l’on puisse parvenir. Apogée fait partie du petit club fermé des mots qui se terminent par « ée » et qui sont néanmoins masculins. Cela concerne une trentaine de mots dont les plus courants sont musée, lycée, trophée et scarabée.

“Il y a la croissance et puis il y a la décrépitude ; entre les deux il n’y a rien. L’apogée, ça n’existe pas”.  Amélie NOTHOMB

  • ARMISTICE

L’armistice est un accord de paix signé entre les belligérants en temps de guerre. Un temps féminin (Dictionnaire de l’Académie de 1762), le mot « armistice » est masculin depuis 1798.

“Ce que nous prenons pour la paix n’est qu’un armistice entre les conflits : la planète grouille, saigne, et ne saurait vivre sans cette violence”. Jean COCTEAU

  • OMOPLATE

L’omoplate est l’os plat qui se trouve en haut du dos. Même si « os » est masculin, l’omoplate lui est de genre féminin.

“Nicole, debout devant le lit, achevait d’enfiler sa combinaison saccagée. Il la voyait de dos. L’étoffe transparente modelait des omoplates anguleuses et le bossellement régulier de la colonne vertébrale”.  Henri TROYAT

  • SCOLOPENDRE

Mille-pattes à la morsure venimeuse. L’usage favorise le masculin mais le dictionnaire indique bien que scolopendre est un mot féminin.

“Une scolopendre d’une vingtaine de centimètres avait enfoncé ses deux crochets dans la peau.” Yves-Marie CLÉMENT

  • TUBERCULE

Excroissance d’une racine dans laquelle se trouve les réserves nutritives de la plante. Rien à voir avec la tuberculose ! Tubercule est masculin.

“Sophie Marceau a l’air d’un tubercule pour charcutier poids lourds, enviandé par un cheptel butyreux de pâlots gras du bide”. Loïc DECRAUZE

  • OASIS

Dans un désert, lieu couvert de végétation liée à la présence d’eau en surface. C’est un nom féminin et on dit une oasis.

“Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis”. Fatou DIOME

  • ASTÉRISQUE

Signe typographique en forme d’étoile (*) qui indique le plus souvent un renvoi ou une note. Tout comme le gaulois (ce cher Astérix), l’astérisque est masculin.

“En philologie, on place un astérisque devant une forme hypothétique”. Dictionnaire LAROUSSE

C’est tout pour cette fois. Il y aurait bien d’autres mots au genre “litigieux” que j’aurais pu traiter ici mais point trop n’en faut. Dîtes-moi en commentaires si ce sujet vous intéresse et j’envisagerais d’écrire “le deuxième épisode”.

Maintenant, à vous de mémoriser !

mots genre difficile

Partager
  •  
  • 38
  • 2
  •  
  •  
    40
    Partages